Réflexologie bébé affective®

REFLEXOLOGIE BEBE AFFECTIVE® ET SOIN REIKI

Les bébés sont de vraies éponges émotionnelles. N’ayant pas encore conscience de leur propre identité, ils vont mettre en scène ce qu’ils ressentent dans leur environnement et développer certains maux.

Comprendre leur vie intra-utérine, leur naissance et l’aspect psycho-émotionnel de l’environnement me permettra de résoudre la problématique en libérant les émotions et les tensions bloquées en vous proposant un échange sous forme de discussion et un toucher plantaire pour votre bébé.

Je peux vous proposer divers protocoles :

  • pour  les nouveau-né
  • pour les bébés prématurés (<36 semaines)
  • pour les bébés nés par césarienne
  • lors de séparations avec maman ou absence du papa
  • difficulté pour téter
  • ictère du nouveau-né
  • coliques du nourrisson
  • reflux gastrique
  • troubles du sommeil
  • douleurs dûes aux poussées dentaires
  • constipation / diahrées
  • bronchite / asthme
  • rhume / rhino-pharyngite / otite
  • allergies
  • eczéma
  • anxiété / nervosité
  • agitation / concentration
  • énurésie
  • petites chutes

Tarif : 

  • CHF 60.- discussion, soin réflexologie affective + support pour donner le soin à la maison, durée 45 minutes.
  • CHF 10.- pour un soin Reiki à distance

NOS ENFANTS, CES GRANDS MAÎTRES SPIRITUELS
Texte : Diane Gagnon, auteur Coach Conférencière
Nos enfants sont souvent nos plus grands enseignants. Bien que nous utilisions souvent le terme « élever » nos enfants, s’agissant de leur « fournir une éducation » et de leur « apprendre les choses de la vie », je crois plutôt que ce sont nos enfants qui contribuent le plus à nous éveiller, dans un contrat d’élévation mutuelle de nos âmes respectives.
Nous disons de certains enfants qu’ils sont faciles à « élever », faciles à aimer, car souvent ce sont des enfants plus dociles, qui nous ressemblent davantage. Dans ce cas, leur comportement flatte souvent notre ego, notre orgueil de parent car nous croyons que nous savons comment bien élever nos enfants! Pourtant, c’est souvent parce que l’enfant a compris comment se faire aimer de son parent qu’il nous est si facile de vivre en sa compagnie.
Dans d’autres cas, certains enfants semblent appuyer sur tous nos boutons en même temps, et parfois, dès leur plus jeune âge. Nous nous trouvons alors confrontés à nos limites, à notre ego qui ne comprend pas pourquoi sa méthode ne marche pas! Et plutôt que de revenir à nous pour écouter ce que notre cœur nous chuchote, nous persistons à faire encore plus de ce qui ne fonctionne pas, croyant à tort que l’enfant finira bien par rentrer dans le moule! Et les conflits persistent et augmentent tout au long de l’enfance, de l’adolescence et même de l’âge adulte. Nous disons alors que nous avons un enfant difficile…
Mais peut-être n’est-ce pas l’enfant qui est difficile mais plutôt que c’est notre entêtement à continuer d’appliquer une « méthode » qui ne fonctionne pas avec cet enfant parce que nous voulons à tout prix avoir raison; certains même diront que leur enfant finira bien par « céder ». Et même à l’âge adulte, si les conflits semblent moins ouverts, subsistent quand même cette tension, ce malaise, ces non-dits dans une relation cahoteuse qui menace d’exploser à tout moment.
Et si nous abordions la situation autrement? Et si nous apprenions à voir cet enfant comme étant une personne à part entière, différente, comme nous accueillerions un ami qui ne nous ressemble pas mais que nous aimons inconditionnellement? Cet enfant-là a certainement comme mission de nous éveiller à ce que nous portons en nous et que nous refusons de voir ou que nous avons toujours nié : peut-être une plus forte volonté de nous affirmer, un grand désir d’indépendance, l’envie de briser les moules traditionnels, une plus grande présence à la simplicité de la Vie qui lui fait rejeter nos sacro-saintes obligations sociales et professionnelles, un ardent désir de liberté qui consume le carcan que nous portons péniblement, un authenticité et une franchise sans limite qui bouscule nos stratégies pour nous faire aimer, une droiture dans la posture qui ne plie pas devant l’autorité, alors que nous n’avons jamais osé nous tenir en position verticale pour prendre notre place, une absence de peur qui fait oser de vivre différemment que nous n’avons encore jamais assumé… Peut-être même cet enfant vient-il nettoyer une histoire familiale transmise de génération en génération, refusant de céder à tout ce qui nie son identité. Peut-être vient-il simplement nous apprendre à vivre autrement, plus près de notre cœur et de ce que nous sommes vraiment et moins dans la rechercher effrénée et vaine de l’image de la famille parfaite. Au final, il vient de fait nous apprendre à aimer, à mieux aimer.
Chaque enfant qui représente un défi est un grand maître spirituel qui a toujours un immense cadeau à offrir à son parent. C’est à nous, en tant que parent, de descendre de notre piédestal et d’aller voir en nous avec bienveillance ce qui a besoin d’être vu, ce que notre enfant met en lumière de façon aussi directe et crue, et d’assumer cette part en nous que nous avons niée jusqu’ici. Il faut ainsi mettre de côté notre ego parental, notre fausse croyance de nous croire supérieurs aux enfants. Il est urgent que nous ouvrions notre cœur à l’enseignement extraordinaire que ces enfants sont venus nous apprendre. Ces enfants sont toujours une immense bénédiction dans nos vies. Dans nos contrats d’élévation mutuelle, parents et enfants sommes tous Partenaires de liberté.